chapeau


chapeau

chapeau [ ʃapo ] n. m.
• déb. XIIIe; chapel fin XIe; lat. pop. capellus, de cappa chape
ICoiffure de forme le plus souvent rigide (opposé à bonnet, coiffe). coiffure, couvre-chef; fam. bitos, galurin.
1Chapeau d'homme, en général à bords. ⇒ canotier, 2. claque, feutre, haut-de-forme, gibus, melon, panama, sombrero, stetson, tube. Chapeau de paille, chapeau mou, chapeau à bords roulés, à larges bords. Le chapeau de Napoléon. bicorne. Chapeau de gendarme. Fabrication des chapeaux. chapellerie. Mettre, enfoncer son chapeau. se coiffer, se couvrir. Enlever, ôter son chapeau. se découvrir. Loc. Donner un coup de chapeau, tirer son chapeau à qqn : saluer qqn; fig. exprimer son admiration, rendre hommage à qqn. Chapeau bas ! Ellipt et fam. Chapeau ! bravo. Loc. (anglic.) Manger son chapeau : se déjuger. Fam. En baver des ronds de chapeau. Travailler du chapeau. Turlututu, chapeau pointu ! Arg. Porter le chapeau : être considéré comme responsable, coupable d'une erreur, d'un délit commis dans un groupe. Je ne tiens pas à porter le chapeau. On lui a fait porter le chapeau.
2Chapeaux de femme d'autrefois ( bavolet, cabriolet, capote, charlotte) , d'aujourd'hui ( 1. bibi, capeline, 1. cloche, feutre, paille, toque) . Magasin où l'on fabrique, où l'on vend des chapeaux de femmes. 1. mode; modiste. Chapeau à plumes. Chapeau de soleil, de plage. 2. bob. Chapeau de ville; chapeau de pluie, imperméable. suroît. Carton, épingles à chapeau.
3Chapeau de cardinal. Loc. Recevoir le chapeau : être promu au cardinalat.
IIPar anal.
1Partie supérieure d'un champignon. Séparer le pied du chapeau. Techn. Chapeau de cheminée. mitre. (1845) Abri en cloche (horticulture). Cuis. Le chapeau d'un vol-au-vent.
2(1829) Chapeau chinois : instrument à percussion formé d'un cône métallique garni de clochettes.
3Mécan. Partie supérieure ou latérale (qui protège). Chapeau de coussinet. Chapeau de roue. enjoliveur. Fam. Sur les chapeaux de roues.
4(XXe; mus., 1753) Texte court qui surmonte et présente un autre texte (après le titre). Chapeau d'un article de journal.

chapeau nom masculin (bas latin cappellus, de cappa, coiffure) Coiffure de feutre ou de matières diverses, assez rigides. Tout ce qui évoque un chapeau, qui coiffe : Le chapeau des tuyaux de cheminée. Texte bref qui introduit un article de journal, de revue. (Placé immédiatement sous le titre, il coiffe l'article. On écrit aussi chapô.) Eaux et assainissement Amas de matières solides surnageantes, qui se forme à la surface d'une fosse septique. Botanique Partie supérieure du carpophore des champignons, souvent développée en un disque horizontal porté par le pied, et à la face intérieure duquel se trouvent les organes sporifères (lamelles, tubes ou pointes). Héraldique Figure de chapeau à larges bords, ornement extérieur de l'écu des dignitaires ecclésiastiques catholiques romains. Mines Élément de soutènement (en bois ou en métal) qui est plaqué contre la couronne d'une galerie ou d'un chantier par des buttes ou des étançons. Technique Traverse horizontale couvrant l'extrémité de deux ou de plusieurs montants. Petite pièce horizontale couronnant une pièce de charpente verticale ou oblique. ● chapeau (citations) nom masculin (bas latin cappellus, de cappa, coiffure) Pierre Jean de Béranger Paris 1780-Paris 1857 Chapeau bas ! Chapeau bas ! Gloire au marquis de Carabas ! Chansons Victor Hugo Besançon 1802-Paris 1885 Le coup passa si près que le chapeau tomba… La Légende des siècles, Après la bataille chapeau (expressions) nom masculin (bas latin cappellus, de cappa, coiffure) Chapeau ! Chapeau bas !, indique qu'on reconnaît le mérite, la valeur d'une action, de quelqu'un ; bravo. Familier. Avaler, manger son chapeau, être contraint de changer d'avis, de se dédire. Coup de chapeau, salut donné en soulevant son chapeau ; hommage, témoignage d'admiration, de considération. Faire porter le chapeau à quelqu'un, le rendre responsable d'un échec. Porter le chapeau, être rendu responsable d'un échec. Sur les chapeaux de roue, se dit d'un véhicule qui démarre ou prend un virage à grande vitesse ; se dit de ce qui se déroule à un rythme très rapide ; à toute allure : Un film qui démarre sur les chapeaux de roue. Tirer son chapeau à quelqu'un, lui reconnaître une supériorité, un mérite. Familier. Travailler du chapeau, être un peu fou. Chapeau de roue, sur les anciennes voitures, chapeau de moyeu des roues. Chapeau de fer, casque léger porté du XIIe au XVIIe s. Chapeau chinois, instrument de musique formé d'un bâton surmonté de croissants et de cercles métalliques, auquel sont accrochés des grelots. Chapeau de gaz, accumulation des gaz et des hydrocarbures les plus légers dans la partie supérieure d'un gisement de pétrole ou de gaz naturel. Chapeau de cardinal, ou simplement chapeau, chapeau rouge, plat, à larges bords et à longs cordons de soie rouge que le pape remet aux nouveaux cardinaux ; dignité de cardinal. Chapeau de carde, pièce métallique rectangulaire garnie de pointes. (Les chapeaux, groupés en chaîne sans fin, enveloppent la partie supérieure du grand tambour de la carde.) Chapeau chinois, autre nom de la patelle. ● chapeau (synonymes) nom masculin (bas latin cappellus, de cappa, coiffure) Coiffure de feutre ou de matières diverses, assez rigides.
Synonymes :
- couvre-chef (littéraire)
Pétrole. Chapeau de gaz
Synonymes :

chapeau
n. m.
rI./r Coiffure de matière variable (laine, feutre, paille, etc.), plus ou moins rigide, portée surtout au-dehors. Chapeau d'homme, de femme.
Chapeau melon ou (Belgique) chapeau boule: V. melon.
|| (Québec) Passer le chapeau: faire la quête auprès d'un groupe de personnes. Passer le chapeau pendant qu'un artiste de rue donne un spectacle.
|| Donner un coup de chapeau, tirer son chapeau à qqn, le saluer en soulevant son chapeau; fig., témoigner de l'admiration à son endroit.
|| Fig., Fam. Chapeau! (Exclamation marquant l'admiration.)
|| (Québec) Tour du chapeau: au hockey, fait pour un joueur de marquer trois buts au cours d'un même match. Réussir le tour du chapeau.
rII./r Loc. fig., Fam.
d1./d Porter le chapeau: endosser les responsabilités pour les autres.
|| (Québec) Porter, mettre son (le) chapeau de: agir en tant que. Mettre son chapeau de chef de parti.
Porter un double chapeau: cumuler deux fonctions.
d2./d Travailler du chapeau ou (Québec) faire du chapeau: déraisonner, souffrir de troubles mentaux.
d3./d (Québec) Parler à travers son chapeau, à tort et à travers.
rIII/r Par anal.
d1./d Ce qui couvre ou surmonte certains objets. Un chapeau de lampe.
|| Partie de champignons supérieurs, supportée par le pied.
|| MECA Pièce qui couvre, protège une autre pièce.
Loc. Fam. Démarrer, virer sur les chapeaux de roues, à grande vitesse.
d2./d MUS Chapeau chinois: instrument à percussion composé d'une calotte métallique garnie de clochettes.
d3./d PRESSE Petit texte qui présente un article de journal, de revue.

⇒CHAPEAU, subst. masc.
A.— Coiffure d'homme ou de femme de matières et de formes variées.
SYNT. Chapeau de cuir, de feutre, de paille, de soie, de toile, de velours; chapeau plat, pointu, rond, à larges ailes, à larges bords, à bords étroits, à bords retroussés; chapeau ciré, lustré, orné de plumes; chapeau de jardin, de ville, de soleil, de pluie.
HIST. et région. Coiffure en forme de couronne. Chapeau de roses, de fleurs :
1. Et la voilà qui tresse les fleurs bleues, les fleurs jaunes et les fleurs rouges pour en faire un chapeau. Elle pose ce chapeau de fleurs sur la tête du petit Jean.
A. FRANCE, Pierre Nozière, 1899, p. 55.
1. a) Chapeau d'homme. Coiffure généralement à bord plus ou moins large :
2. Il y a une indéfinissable façon de porter un chapeau : mettez le chapeau un peu trop en arrière, vous avez l'air effronté, mettez-le trop en avant, vous avez l'air sournois; de côté, l'air devient cavalier; ...
BALZAC, Les Illusions perdues, 1843, p. 196.
3. Il était habillé en gris et coiffé d'un chapeau noir, rond, de feutre mou, à larges bords, dont le fond, très haut, allait se rétrécissant en forme de tuyau de cheminée, ...
MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 2, Berthe, 1884, p. 986.
4. Je mis mes plus beaux habits et pris mon chapeau de haute forme, car, à cette époque le melon n'était pas toléré même aux très jeunes gens, ...
A. FRANCE, La Vie en fleur, 1922, p. 454.
SYNT. a) Chapeau bas de forme, haute forme ou haut de forme, mou, à trois cornes, galonné d'or, d'argent; chapeau claque, (chapeau) canotier, gibus, melon, panama; chapeau de curé, de gendarme, de mousquetaire, de quaker; chapeau breton, chinois, mexicain, tyrolien. b) Assurer son chapeau sur sa tête; brosser, lustrer son chapeau du coude, d'un revers de manche; enfoncer son chapeau sur la tête, sur les yeux; mettre son chapeau en bataille (cf. bataille), sur l'oreille, de travers; brandir, jeter son chapeau en l'air (signe d'allégresse); pétrir, tortiller son chapeau, rouler son chapeau dans ses doigts (signe d'embarras); porter la main à son chapeau, soulever, ôter, tirer son chapeau, donner des coups de chapeau (pour saluer); tendre son chapeau (pour mendier).
En partic.
HIST. (MOY. ÂGE). Chapeau de fer, chapeau de Montauban. Casque (cf. bonnet de fer) :
5. Jean Comnène lui-même; « armé du haubert et le chapeau de fer sur la tête », encourageait les serveurs et surveillait personnellement le tir.
GROUSSET, L'Épopée des croisades, 1939, p. 155.
Chapeau de gendarme. Coiffure de papier plié en triangle :
6. Pendant ce temps, arrachant une page de son cahier, le plus habile de la bande confectionnait un chapeau de gendarme.
J. BOUSQUET, Traduit du silence, 1935-36, p. 224.
P. méton.
Fam., vieilli. [Pour désigner un homme] Il y avait là plusieurs femmes et pas un chapeau.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du XIXe s. et Lar. 20e, QUILLET 1965.
Vieilli. Chapeau bordé ou chapeau ferré. Gendarme :
7. ... un hussard de mon escadron, qui me voyant avec ce gendarme, s'approche et me dit : « Eh bien! Lannoy, est-ce que tu te fais des affaires avec les chapeaux bordés... »
F. VIDOCQ, Mémoires de Vidocq, t. 1, 1828-29, p. 172.
Spéc. Chapeau de cardinal, chapeau rouge ou absol. chapeau. Dignité de cardinal. Aspirer au chapeau, obtenir, se voir refuser le chapeau :
8. Tout prélat, à Rome, ne vit que dans l'espoir du chapeau, et voit sa considération croître ou diminuer dans le monde, suivant le plus ou moins de chances qu'il a d'y parvenir.
STENDHAL, Rome, Naples et Florence, t. 1, 1817, p. 187.
En appos., vx. Frère chapeau. Moine, coiffé d'un chapeau au lieu d'un capuce, accompagnant un supérieur, et p. ext., personne subalterne (cf. Lar. Lang. fr.).
P. métaph. Frère chapeau ou vers chapeau. Vers sans intérêt, mis pour la rime :
9. Combien Voltaire, Racine, etc., tous enfin, excepté Corneille, ne sont-ils pas obligés de faire des vers chapeaux pour la rime.
STENDHAL, Correspondance, t. 3, 1800-42, p. 260.
b) Allus. littér. et hist.
Allus. littér.
Le chapeau de Fortunatus. [P. allus. au chapeau de Fortunatus, héros d'un roman populaire allemand du XVe s.] Chapeau magique :
10. Que de Prud'Hon chez un des deux fils de M. Marcille! Il en tire des murs, des armoires, des coffres, de partout. C'est le chapeau de Fortunatus : dessins, académies, tableaux...
E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1858, p. 466.
Chapitre des chapeaux. [P. allus. à un passage du Médecin malgré lui de Molière : ,,Hippocrate dit ... que nous nous couvrions tous deux. — Hippocrate dit cela? — Oui. — Dans quel chapitre s'il vous plaît? — Dans son chapitre des chapeaux...``] Expression utilisée lorsqu'on ne peut indiquer la source d'une citation.
Rem. Attesté ds Lar. 19e- Lar encyclop., ROB.
Écrire sur son chapeau. [P. allus. à la fable de La Fontaine : Le Loup devenu berger ,,Il aurait volontiers écrit sur son chapeau : — C'est moi qui suis Guillot, berger de ce troupeau``] :
11. ... on ne peut pas empêcher les anarchistes de l'être dans leur for intérieur; mais on ne devrait pas leur permettre de le dire, de le proclamer, de l'inscrire sur leur chapeau...
E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1892, p. 221.
Allus. hist.
Saluer le chapeau de Gessler [P. allus. à la légende de Guillaume Tell, qui avait refusé de saluer le chapeau du bailli Gessler] :
12. Si l'intérêt de l'état se trouvait coïncider exactement avec l'intérêt ou la fantaisie du monarque, ce n'était point l'affaire des gouvernés qui n'avaient qu'à saluer à genoux ce nouveau chapeau de Gessler, sans mot dire.
CLEMENCEAU, L'Iniquité, 1899, p. 37.
2. Chapeau de femme. Coiffure avec ou sans bord. Elle avait un chapeau à franges qui croulait sous le poids des fleurs... C'était un jardin suspendu... (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 255) :
13. ... elle portait une sorte de chapeau-capote-capeline sur le faîte de la tête, tout en haut de son front immense et cabossé...
ALAIN-FOURNIER, Le Grand Meaulnes, 1913, p. 238.
SYNT. Chapeau cloche; chapeau coquin, extravagant, mutin, ridicule; bavolet, brides, coiffe, épingles, rubans d'un chapeau; carton, malle à chapeau.
Spéc., vx. Chapeau de la mariée. Bouquet de fleurs d'oranger, qu'une jeune fille porte dans ses cheveux, et par extension à la main, le jour de ses noces :
14. ...
Mais en retour j'offre aujourd'hui
Le chapeau de la mariée.
Acceptez ces fleurs d'oranger;
Qu'à votre voile on les attache.
BÉRANGER, Chansons, t. 3, Le Chapeau de la mariée, 1829, p. 171.
B.— Au fig.
1. Fam. Personne qui en couvre un autre :
15. Alexandre de Berny consent à me servir de chapeau pour garder les bois des Petites Misères de la Vie conjugale. Si Chlendowski faisait faillite, j'aurai ma propre affaire à moi.
BALZAC, Lettres à l'Étrangère, t. 3, 1850, p. 131.
Rem. Attesté ds Lar. 20e, Lar. encyclop., QUILLET 1965.
2. MAR., vx. Chapeau du capitaine ou chapeau de mérite. Bonification remise au capitaine sur le fret transporté (cf. LE CLÈRE 1960).
P. ext. (et parfois absol.). Gratification donnée à quelqu'un :
16. Je lui disais un jour... que je voulais acheter une certaine forêt... il partit en poste dans la nuit et alla acheter cette forêt... Je lui ai donné un chapeau de vingt mille francs et il m'a rendu ma forêt.
STENDHAL, Nouvelles inédites, t. 1, 1842, p. 57.
3. Locutions
a) Vieillies
La plus belle rose de son chapeau. L'avantage le plus important (cf. chapeau de roses, supra).
Mettre au chapeau. Donner sa cotisation :
17. Vidocq était l'ordonnateur du festin, pour lequel on s'était cotisé. Seul il n'avait pas mis au chapeau, mais il acquittait sa part en supériorité... en indications gastronomiques... en anecdotes.
[L.-F. L'HÉRITIER], Suppl. aux Mémoires de Vidocq..., t. 1, 1830, p. XLV.
Rem. Selon BESCH. 1845, Lar. 19e, DG, Nouv. Lar. ill., cotisation faite par les jeunes gens exempts de la milice en faveur de leurs camarades désignés par le sort.
Porter chapeau. (Symbole du rang social que l'on occupe; p. oppos. à casquette, bonnet portés par les paysans, les ouvriers) :
18. Elle [Reine Lecomte] aussi, depuis trois ou quatre ans, choyait un rêve : c'était de devenir une dame et de porter chapeau.
THEURIET, Le Mariage de Gérard, 1875, p. 54.
Un monsieur à chapeau. Un bourgeois :
19. Il [Fauchelevent] avait quelque esprit naturel; il ne. disait ni j'ons ni j'avons; il causait, chose rare au village; et les autres paysans disaient de lui : il parle quasiment comme un monsieur à chapeau.
HUGO, Les Misérables, t. 1, 1862, p. 628.
b) Fam. ou arg.
En baver des ronds de chapeau (cf. baver).
Termes du bagne. Faire chapeau. Chavirer et p. ext. échouer dans une entreprise (cf. A.-L. DUSSORT, Lettres, 1930, p. 2; J. GALTIER-BOISSIÈRE, P. DEVAUX, Dict. hist. étymol. et anecdotique d'arg., 1939, p. 46). Gagner le chapeau de paille. Être condamné à la transportation (cf. ESN. 1966).
Ne casse plus les chapeaux du monde (PAGNOL, Fanny, 1932, I, 5, p. 90). Cf. casser le bonnet à qqn.
Porter le chapeau. Avoir mauvaise réputation, être suspect (cf. CH.-L. CARABELLI, [Lang. de la pègre]) :
20. C'est pas bien, si c'est vrai, ce que tu as fait, Max, de donner Angelo aux poulets? Tu portes un drôle de chapeau depuis hier!
A. SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 124.
Faire porter le chapeau à qqn. Le rendre responsable. Porter le chapeau. Être rendu responsable. Quand ils auront attrapé les poux, ils se feront porter le chapeau mutuellement (F. TRIGNOL, Pantruche, 1946, p. 159).
Tirer son chapeau. Chapeau bas ou absol. chapeau! Pour exprimer l'admiration :
21. Je vous tire mon chapeau jusqu'à terre, ma charmante, pour votre exploit d'hier. Fournir trois heures durant la conversation de Mme de Saint-G...!
M. DE GUÉRIN, Correspondance, 1837, p. 281.
22. ... le docteur [Grand] le trouva une fois dans une grande excitation. Il avait remplacé « fleuries » par « pleines de fleurs ». Il se frottait les mains. « Enfin, on les voit, on les sent. Chapeau bas, messieurs! »
CAMUS, La Peste, 1947, p. 1328.
Tirer son chapeau (à qqn). Le quitter :
23. Quoi qu'il en soit, trop de petits riens m'avaient... rendu la maison odieuse... Je résolus de tirer mon chapeau à une élite dont la tournure d'esprit avait cessé de me faire rire...
COURTELINE, Un Client sérieux, Les Balances, 1901, p. 130.
T'occupe pas du chapeau de la gamine. Ne t'inquiète pas (cf. CH.-L. CARABELLI, [Lang. pop.]; A. DAUZAT, L'Arg. de la Guerre, 1918, p. 252).
Rem. Attesté ds ROB.
Travailler du chapeau. Ne pas avoir toute sa raison. Le patron travaille du chapeau, dit Grignolles au docteur (BERNANOS, Un Crime, 1935, p. 834).
Rem. Attesté ds ROB., QUILLET 1965, Lar. Lang. fr. On rencontre dans le même sens (région., Canada) faire du chapeau (cf. A. THÉRIO, Ceux du Chemin-Taché, Montréal, 1963, p. 57).
C.— P. anal., emplois spéc.
1. [P. anal. de forme]
a) BLAS. Ornement extérieur de l'écu des ecclésiastiques, représentant un chapeau à larges bords (cf. NERVAL, Les Filles du feu, Angélique, 1854, p. 571).
Rem. Attesté ds les Lar. et QUILLET 1965.
b) MUS. Chapeau chinois (cf. bonnet chinois). Les sonneries banales et démodées du chapeau chinois (A. DAUDET, Pages inédites de critique dramatique, 1897, p. 35).
2. [P. réf. au chapeau en tant qu'objet surmontant la tête]
a) BOT. Partie supérieure élargie de nombreux champignons, qui porte les organes reproducteurs. Un joli champignon, Dont le chapeau, rempli de lames convergentes, Formait comme une roue aux délicates jantes (A. POMMIER, Océanides et fantaisies, 1839, p. 231).
b) CONSTR. Pièce de bois posée horizontalement à la partie supérieure d'un ouvrage de charpente.
Chapeau d'escalier. Pièce sur laquelle s'appuie la partie supérieure d'un escalier de bois.
Chapeau de lucarne. Pièce formant la fermeture de la partie supérieure d'une lucarne.
Chapeau de presse. Traverse reliant les jumelles de la presse pour leur donner de la solidité.
c) MAR. Chapiteau placé au-dessus de la cloche du bord.
d) MINES. Partie supérieure du boisage d'une galerie de mine. MINÉR. Chapeau de fer. Partie supérieure d'un filon proche de la surface et riche en fer.
e) MUS., vx. Trait demi-circulaire couvrant plusieurs notes et représentant la liaison. Elle faisait vaillamment ses gammes et ses chapeaux (R. ROLLAND, Jean-Christophe, Les Amies, 1910, p. 1132).
f) Terme de presse. Bref commentaire placé en tête d'un article :
24. Je lui [à Jammes] demandai donc, (...) de bien vouloir nous laisser publier la lettre de Philippe sans ce désobligeant et énigmatique chapeau dont il l'avait couverte.
GIDE, Correspondance [avec Claudel], 1899-1926, p. 123.
Rem. Attesté ds Lar. 20e, ROB., Lar. encyclop., Lar. Lang. fr.
g) TECHNOLOGIE
Couche d'écume et de matières solides surmontant un liquide en ébullition ou en fermentation :
25. ... un second [voisin], armé d'une barre, surveillait la fermentation, enfonçait le chapeau, au milieu des bouillonnements du moût; ...
ZOLA, La Terre, 1887, p. 355.
Pièce recouvrant certains organes de machines ou certains objets. Chapeau de distributeur, de palier.
Chapeau de roue. Pièce qui protège le moyeu. Je sors dix fois pour essuyer la glace par dehors (...) J'ai de l'eau presque jusqu'au chapeau de roue (GIONO, Les Grands chemins, 1951, p. 244). P. métaph. Prendre un virage sur les chapeaux de roue. À grande vitesse.
Chapeau de lampe :
26. Les mèches des lampes, sous leurs chapeaux de toile métallique, n'y [dans les ténèbres] mettaient que des points rougeâtres.
ZOLA, Germinal, 1885, p. 1165.
Prononc. et Orth. :[]. Aucune transcr. de l'anc. forme chapel. Ds Ac. 1694-1932 sous sa forme moderne. Étymol. et Hist. A. 1. a) Ca 1130 chapel « coiffure portée par les hommes et les femmes » (Pèlerinage Charlemagne, éd. E. Koschwitz-G. Thurau, 146 ds T.-L.); 1er quart XIIIe s. chapeau (Lancelot du lac, éd. H. Oskas Sommer, 3, 147); 1585 oster son chapeau, en signe de respect (NOËL DU FAIL, Contes d'Eutrapel, II, p. 275); 1690 être devant qqn chapeau bas (FUR.); d'où 1694 p. ell. chapeau bas (Ac.); b) spéc. 1288 « chapeau rouge de cardinal » (JACQUEMARD GIELÉE, Renart le Nouvel, éd. Méon, 5934 ds T.-L. : vermaus capiaus); 1561 p. ell. « dignité de cardinal » (J. GREVIN, Gelodacrye, éd. L. Pinvert, p. 325); c) nombreux emplois fig., notamment ) 1669 mettre un chapeau sur la tête de qqn « nuire à sa réputation » d'apr. GOTTSCH. Redens., p. 198 — 1771, Trév.; d'où 1928 arg. porter le chapeau (J. LACASSAGNE, L'Arg. du « milieu », p. 46); 1935 arg. travailler du chapeau (ID., ibid., p. 242); ) 1690 p. méton. « celui qui porte chapeau, homme p. oppos. à femme » (FUR.), qualifié de ,,style pop.`` depuis Trév. 1704; ) 1723 comm. mar. chapeau de maistre ou p. ell. chapeau (J. SAVARY DES BRUSLONS, Dict. universel de comm., Paris); p. ext. 2. 1er quart XIIIe s. [XIIe s. FEW, t. 2, p. 287b] capel (de roses) « couronne (de fleurs) » (Lancelot du lac, même éd., 1, 86); 2e moitié XVIe s. chapeau (HUG.). B. P. anal. de forme, de destination, nombreux emplois techn. notamment 1. 1268 archéol. chapiax « partie de la garde d'une épée recouvrant la chape » (E. BOILEAU, éd. Lespinasse et Bonnardot, 1879, p. 136, titre LXVI, 8); 2. 1414 construction « pièce de bois? » (Archives hist. de Saintonge, XXXII, 111 ds IGLF : a esté changée l'aisieul le chapeau et le plancher du pont); 1867 mécan. « partie supérieure de certaines pièces mécaniques » (Lar. 19e); d'où 1928 loc. arg. (départ) sur les chapeaux de roues (Homme dans la roue, Pédale, p. 16); 3. 1704 « marc qui reste dans les alambics après certaines distillations » (Trév.); 4. 1753 « trait demi-circulaire dont on couvre plusieurs notes » (Encyclop. t. 2); 1907 arg. des journalistes « texte court qui précède un article, un livre » (FRANCE); 5. 1809 bot. « partie supérieure d'un champignon » (WAILLY); 6. 1829 mus. chapeau chinois (BOISTE); 7. 1845 ornith. (BESCH.). Du b. lat. cappellus (dér. de cappa, v. chape) attesté au sens de « coiffe » av. 833 (Ansegise ds NIERM. qui cite d'autres ex. contemp., v. aussi Gloses des IX et Xe s. ds TLL s.v., 335, 25); au sens A 1 b cf. lat. médiév. capellus rubens fin XIIIe-début XIVe s. (Chronicon Trivetti ds DU CANGE, t. 2, p. 125 a); au sens B cf. lat. médiév. capellus fig. « couvercle » au XIIIe s. (Ps. Avicenne ds Mittellat. W. s.v., 209, 67). Fréq. abs. littér. :6 478. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 5 990, b) 12 773; XXe s. : a) 11 428, b) 8 721. Bbg. DARM. Vie 1932, p. 155, 197. — DAUZAT Ling. fr. 1946, p. 322. — GOTTSCH. Redens. 1930, passim. — GOUG. Lang. pop. 1929, p. 27, 124; Mots t. 1, 1962, p. 21. — MELLOT (J.). En relisant le Lutrin. Vie Lang. 1972, p. 650. — PAULI 1921, p. 69. — ROG. 1965, p. 33. — SAIN. Lang. par. 1920, p. 401; Sources t. 2, 1972 [1925], p. 164, 190.

chapeau [ʃapo] n. m.
ÉTYM. Déb. XIIIe; chapel, fin XIe; du lat. pop. cappellus, de cappa. → Chape.
———
I Coiffure de forme élaborée, souvent rigide (opposé à bonnet, coiffe, béret…) que les hommes et les femmes peuvent porter, généralement pour sortir.
1 Coiffure pour hommes, ayant une forme déterminée (variable selon les époques et les modes) en général avec des bords. fam. Bada, bitos, galure, galurin; argot, bloum (vx), caloquet (vx), doulos (argot). || Chapeaux anciens, du moyen âge, de la Renaissance. || Chapeaux à cornes (notamment au XVIIIe s.). Bicorne, tricorne. || Chapeaux du XIXe siècle. Bousingot, manille, tromblon. || Chapeau de feutre ( Feutre; albanais, bicoquet, borsalino…), chapeau mou (le plus courant de nos jours). || Chapeau haut de forme. Ascot, bolivar, claque, gibus, haut-de-forme, huit-reflets, tube. Vx. || Chapeau mécanique. || Chapeau de paille (cit. 8). Canotier, panama. || Chapeau à bords roulés. || Chapeau melon. Melon. || Chapeau à larges bords.Chapeau mexicain. Sombrero. || Chapeau de cow-boy. || Chapeau texan. Stetson.Chapeau de gendarme (au XIXe s.), de carabinier espagnol. || Le petit chapeau de Napoléon (→ ci-dessous, cit. 1).Chapeau de clown. || Chapeau pointu. → Enjoliver, cit. 2.
La forme d'un chapeau. || Le fond d'un chapeau. || Les bords larges, étroits, roulés d'un chapeau ( Retroussis). || La coiffe d'un chapeau. Coiffant. || Chapeau en feutre de poils de castor. || Étoffe servant à faire des chapeaux. Capade, soie ou peluche, sparterie, tagal. || La carcasse ou galette d'un chapeau. || La carre d'un chapeau. || Garniture d'un chapeau : bordé, bourdalou, cocarde, cordon, crêpe, galon, plume, pompon, ruban. || Brosse à chapeau.
Fabrication des chapeaux. Chapellerie (→ Secrétage, bastissage, appropriage, arçonnage, sémoussage, caillotage, ponçage, apprêt, dressage ou mise en forme). || Enformer, bichonner, fouler, lustrer, relustrer, retaper un chapeau ( Lustre; conformateur, roulet).
Porter un chapeau. || Mettre, enfoncer, camper son chapeau. Coiffer (se), couvrir (se). || Flanquer, porter son chapeau sur l'oreille, avec désinvolture, par fanfaronnade. || Mettre son chapeau en bataille. Bataille. || Enlever son chapeau.
1 — Metternich (retournant le chapeau et l'approchant de la lumière pour lire, au fond, le nom du chapelier)… :
Je t'ai haï, d'abord, à cause de ta forme,
Chauve-souris des champs de bataille ! chapeau
Qui semblait fait avec deux ailes de corbeau !
Edmond Rostand, l'Aiglon, III, 8.
2 (…) se découvrant pour présenter ses hommages à la duchesse, avec une si ample révolution du chapeau haut de forme dans sa main gantée de blanc (…)
Proust, À la recherche du temps perdu, t. IX, p. 155.
3 Un simple chapeau devient un casque, un boisseau, un tuyau de poêle, un melon, une galette, un camembert; écrasé, c'est un accordéon, etc. (…)
F. Brunot, la Pensée et la Langue, II, VIII, p. 77.
Spécialt. || Chapeaux d'ecclésiastiques (opposé à barrette, calotte…). Chapeau de cardinal.Vx. || Porter le chapeau : être cardinal. || Obtenir, recevoir le chapeau.
3.1 (…) il s'acheminait tranquillement vers le cardinalat, certain d'avoir le chapeau, sans se donner d'autre peine que d'apporter les nouvelles, aux heures douces de la promenade.
Zola, Rome, p. 246.
Blason. Pièce des armes des prélats, représentant un chapeau.
Collectif. || Le chapeau. || Porter le chapeau. Vieilli. || Porter chapeau : être habillé de manière bourgeoise (le chapeau est, au XIXe siècle, opposé à la casquette des ouvriers, au bonnet des paysans). || « Un monsieur à chapeau » (Hugo) : || un bourgeois.REM. Le port du chapeau, généralisé dans la classe bourgeoise au XIXe et au déb. du XXe s., tend à devenir exceptionnel.
4 Le chapeau est une coiffure encore moins disgracieuse que disgraciée.
G. Duhamel, Cri des profondeurs, I, p. 9.
Enlever, ôter son chapeau : saluer qqn en soulevant son chapeau. Découvrir (se).Tirer son chapeau : au fig., marquer son admiration, en signe de compliment.Mettre chapeau bas. || Chapeau bas ! ( Bas, cit. 74 et 75). || Parler à qqn chapeau bas. — ☑ Donner un coup de chapeau à qqn (même sens). — ☑ Coup de chapeau : salut fait en ôtant son chapeau; fig., témoignage de respect, d'admiration.
5 Ah ! dit Creval, que ne ferais-je pas pour l'empêcher de pouvoir mettre son chapeau.
Balzac, Œuvres, t. VI, la Cousine Bette, p. 236.
6 Là, mon petit, il faut tirer le chapeau. Des beautés comme ça, on n'en fait plus.
Colette, la Fin de Chéri, p. 156.
7 Nous, nous avons eu des maîtres, des maîtres qui nous ont suffi, et même qui nous ont comblés (…) des maîtres que nous autres, artistes mûrs et grisonnants, nous n'abordons jamais que chapeau bas et cœur battant.
G. Duhamel, la Défense des lettres, II, I, p. 109.
Ellipt. (fam.). || Chapeau !, témoigne l'admiration.
7.1 (…) oui, j'ai beau chercher, je ne trouve rien par où je puisse les chopper, ces Chefs-là étaient des petits marles, chapeau (…)
A. Sarrazin, la Cavale, p. 343.
7.2 (…) Alors là, chapeau, comme dit Raymond Frôlet. Nous ne pourrons pas descendre plus bas ce soir (…)
Claude Mauriac, le Dîner en ville, p. 135.
Loc. fam. En baver des ronds de chapeau. Baver. — ☑ Travailler du chapeau. Travailler.
(1669, mettre un chapeau sur la tête de qqn, en médire). Loc. argotique. Porter le chapeau : être considéré comme responsable d'une faute, coupable d'un délit. || On lui a fait porter le chapeau.
7.3 Première question, dit Tolstoï, qui portera le chapeau ?
Vladimir Volkoff, le Retournement, p. 329.
2 Chapeau de femme. (anciens) Bavolet, cabriolet, calotte, capeline, capote, charlotte, forme; (modernes) béret, bibi, feutre, paille, toque. || Laitonner un chapeau de femme. || La passe d'un chapeau. || Magasin où l'on fabrique, où l'on vend des chapeaux. Mode; modiste. || Chapeau de paille, de velours, de satin. || Chapeau à plumes. || Chapeau cloche. || Chapeau de ville, chapeau de soleil, de plage; chapeau de pluie, imperméable.Carton à chapeaux.
8 Au lieu du béguin matelassé de mademoiselle du Guénic, elle portait un chapeau vert avec lequel elle devait aller visiter ses melons; il avait passé, comme eux, du vert au blond; et, quant à sa forme, après vingt ans, la mode l'a ramenée à Paris sous le nom de bibi.
Balzac, Béatrix, Pl., t. II, p. 346.
9 Le luxe suprême, pour une femme de chez moi, c'est de porter un chapeau qui soit seul de son modèle dans toute la ville de Paris.
G. Duhamel, Scènes de la vie future, XV, p. 231.
Loc. fam. T'occupe pas du chapeau de la gamine : ne t'occupe pas de ce qui ne te regarde pas.
3 Allus. littér. « Dans son chapitre des chapeaux » (pour rappeler plaisamment qu'il est impossible de donner la référence, la source d'une citation, d'un argument que l'on avance).
10 — Hippocrate dit… que nous nous couvrions tous deux. — Hippocrate dit cela ? — Oui. — Dans quel chapitre, s'il vous plaît ? — Dans son chapitre des chapeaux.
Molière, le Médecin malgré lui, II, 2.
4 Coiffure ressemblant à un chapeau. || Faire un chapeau en papier à un enfant. || Chapeau de gendarme (de papier replié).
———
II Par anal. (de forme, de destination).
1 Bot. Partie d'un champignon à appareil « massif » (→ Champignon, I.), qui surmonte le pied en forme de dôme ou d'entonnoir et garnie en dessous de lames, de tubes ou de piquants.
2 Cuis. || Chapeau d'un pâté, d'un vol-au-vent : croûte qui recouvre le pâté.
3 (1845). Cloche, abri que l'on place au-dessus des plantes pour les protéger du soleil, de la pluie.
4 Techn. Partie supérieure (d'une pièce). || Chapeau de coussinet. || Chapeau de boîte de graissage… || Chapeau d'une roue, chapeau de roue. Enjoliveur (2.).Prendre un virage sur les chapeaux de roue.
11 Il a démarré, comme la première fois, sur les chapeaux de roues, et de nouveau, l'automobile a frôlé le portail avant de disparaître.
Patrick Modiano, Villa triste, p. 34.
Chapeau d'horlogerie. || Chapeau de lucarne. || Chapeau d'escalier.(1268). || Le chapeau d'une épée.
5 Méd. Croûte qui recouvre parfois la tête d'un nouveau-né. || Cet enfant a encore le chapeau. Coiffe.
6 (1829). Mus. || Chapeau chinois : instrument de musique formé d'un disque de cuivre garni de clochettes et fixé à un manche. Syn. : bonnet chinois, pavillon chinois.
7 Ornithol. Partie supérieure du crâne des oiseaux.
8 (XXe; mus., 1753). Presse et typogr. Texte court placé à la suite du titre qui surmonte un autre texte pour le présenter au lecteur. || Le chapeau d'un article de journal.
9 (Métaphore du sens I, 1, p.-ê. avec infl. formelle de faire chapelle. → 2. Chapelle). Argot mar.Loc. Faire chapeau : chavirer, renverser son bateau (le bateau « fait chapeau » au-dessus du mât qui s'enfonce dans l'eau). → Faire capot.
———
III Fig.
1 Vieilli. Personne qui en « couvre », en protège une autre. || Servir de chapeau à qqn (cf. la même métaphore avec chaperon).
2 Mar. (vx). Bonification remise à un capitaine sur le fret. || Chapeau de mérite. || Chapeau du capitaine.
DÉR. Chapeauter; (de chapel) chapelet, chapelier, 2. chapelle, chapellerie.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • chapeau — CHAPEAU. sub. mas. Coiffure des hommes, qui est ordinairement d étoffe foulée, de laine ou de poil, et qui a une forme avec des bords. La forme d un chapeau. Les bords d un chapeau. Un chapeau noir. Un chapeau gris. Un ohapeau à grands bords, à… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • chapeau — CHAPEAU. s. m. Coiffure, habillement de teste pour homme, qui a une forme & des bords. Autrefois on les faisoit de drap ou d estoffe de soye, maintenant on les fait de laine ou de poil que l on foule. Chapeau royal, autour duquel les Rois… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Châpeau — Chapeau (homonymie) Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • chapeau — Chapeau. Un chapeau ou bonnet à couvrir la teste, Pileus, vel Pileum, Petasus. Les Normans dient Capel, qui vient de Cap, et Cap de Caput. Un chapeau contre le hasle du Soleil, Causia, Vmbella. Un chapeau fait d espis de bled, Corona spicea. Un… …   Thresor de la langue françoyse

  • Chapeau! — [ʃaˈpoː] ist ein auch im deutschen Sprachkreis verwendeter Ausruf der Anerkennung. Er stammt aus der französischen Sprache und ist eine Interjektion. Inhaltsverzeichnis 1 Bedeutung 2 Beispiele 3 Literatur …   Deutsch Wikipedia

  • Chapeau — (frz. für Hut) bezeichnet: als Ausruf Chapeau! eine Respektsbezeugung im Sinne von Hut ab! eine französische Gemeinde, siehe Chapeau (Allier) ChaPeau, einen deutschen Zauberkünstler Siehe auch: Chapeau Claque (Hut) …   Deutsch Wikipedia

  • Chapeau — Cha peau , n.; pl. {Chapeux}. [F., fr. OF. chapel hat. See {Chaplet}.] 1. A hat or covering for the head. [1913 Webster] 2. (Her.) A cap of maintenance. See {Maintenance}. [1913 Webster] {Chapeau bras}[F. chapeau hat + bras arm], a hat so made… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Chapeau — País …   Wikipedia Español

  • Chapeau — (fr., spr. Schapoh), 1) Hut; daher Chapeau bas (spr. Schapohbah), Bogenhut, meist von schwarzem, seidenem Zeuge, ganz flach, so daß er nicht auf den Kopf gesetzt, sondern nur unter dem Arm getragen werden konnte; bei vornehmen Personen, später… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • chapeau — 1520s, from Fr. chapeau (O.Fr. capel, 12c.) hat, from L.L. capellum (Cf. It. cappello, Sp. capelo, Port. chapeo), dim. of cappa (see CAP (Cf. cap)) …   Etymology dictionary